10/12/2019
Top 100
Par Réponses
Par Visites
Sujets Sans Réponses
Demandes Sans Réponses
Nouveaux Uploads
Scans En Cours
Nouvelles Demandes
Autres Sujets Postés
Livres Format Epub
Epub GratuitLivres Epub
Login
Pseudo

Mot de passe



Pas encore membre ?
Cliquez ici pour vous inscrire.

Mot de passe oublié ?
Demandez-en un autre en cliquant ici.
Forums et RSS
Forum Flux
Les 100 derniers Sujets RSS
100 Derniers Ebooks Rss Upload
- Action
- Aventures Aventures
- Science Fiction
- Horreur - Suspense
- Policiers - Enquête
- Drame - Amour Gratuit
- Bandes Dessines Gratuit
- Internet - Marketing Rss Marketing
- Manuels Ebooks
- Histoires - Contes Gratuit
- Divers à Classer
- Humour - Comédie
- Société - Politique
- Sciences & Tech
- Economie
- Religion & Spiritualité
- En Anglais
- Romance
- Cuisine et Recettes
- Pc & Informatique
- Bit-Lit
- Fantasy
- Jeunesse
- Centralisations en Cours
- Centralisations Séries
- Ebooks Audio
- Espace NON Membres
Fans Club
Famille EBG
- Ebooks-gratuit.COM
- Ebooks-gratuits.NET
[Recherches de documents]
- EBG . im

Partenaires EBG
Publicité NON membres

Publicité Visiteurs


Navigation

Ebooks Gratuit > Ebooks d'Alphonse Boudard

Recherches d'Ebooks
Voir le Sujet
Ebooks Gratuit :: Ebooks envoyés par les Membres :: Divers à Classer
Aller vers le forum :
 Imprimer le sujet

Sormioune
#1 Imprimer le sujet
Publiéle 10/09/2019
Avatar du Membre

Expert



----
Kikou,

Mille mercis à Marie, Alex et Naskou Smile


LA METAMORPHOSE DES CLOPORTES

pmcdn.priceminister.com/photo/845984928.jpg


Observer la loi du silence pour épargner à ses complices les rigueurs de la justice et mijoter dans le placard sans que personne se soucie d'envoyer des mandats ou des colis, il y a de quoi mettre en rage le plus doux des malfrats. Rien d'étonnant si Alphonse, libéré pour raison de santé, veut demander des comptes à ses associés de naguère : Rouquemoute le poussah, Edmond Clancul et Youpe le fourgue. Reste à savoir sous quelle pierre ces cloportes se sont cachés. Aux anciennes adresses, plus personne. En cours de route, Alphonse cueille une jolie fleur nommée Anne-Marie. Il l'a rencontrée dans une galerie d'art et la retrouve dans celle du fourgue transmué en mécène de la peinture. Ainsi le plomb vil en or s'est-il changé... Ce n'est rien comme métamorphose à côté de celle d'Edmond. Alphonse va au-devant d'une surprise autrement phénoménale. Il raconte tout cela d'une plume alerte mais châtiée (" Je travaille dans l'élagage ", dit-il), en homme qui a lu et vécu plus encore, ce qui lui permet de se moquer avec esprit des cuistres et des cagots et de découper avec art une tranche de vie succulente.

BLEUBITE

pmcdn.priceminister.com/photo/901665450.jpg


Nous sommes en septembre I944. Une époque où tout était possible.
Fleur au fusil, le héros de ce livre, surnommé Bleubite à cause de sa jeunesse et de son inexpérience, s'engage pour la Libération, la revanche... bouter le Teuton définitivement hors de France. Il va rejoindre le corps franc Trompe-la-mort en Lorraine où l'ennemi a réussi à contenir l'avance américaine. Seulement il se trouve, par hasard, embarqué dans une drôle de II CV-galère... avec deux étranges combattants de l'ombre.
Il va vivre, alors, une incroyable odyssée... faire d'hallucinantes. rencontres... frôler plu-sieurs fois la mort, la pendaison... sombrer dans le délire.:. Avec une sorte d'allégresse toutefois.
De la lecture somme toute gaillarde... une éducation truande au cours d'une promenade guerrière.

L’HÔPITAL

pmcdn.priceminister.com/photo/894180117.jpg


«L'hosto, quand on y a séjourné longtemps et qu'on a failli y clamser, on y reste toujours un peu. Il vous fascine, vous obsède... on se dit qu'on y reviendra un jour ou l'autre. Il est l'image de notre mort... la mort des pauvres. J'en ai tant vu des mecs dévisser là-dedans, jeunes, vieux, ivrognes ou sobres, je n'arrive plus à oublier. Je voudrais, je m'efforce, et puis ça m'alpague au tournant d'une rue... J'aperçois le portail, une grille... ça me file les jetons. Comme la taule, tous les lieux de vacherie. J'aurais préféré vous raconter de merveilleux voyages, croyez-moi... Je vous instruis, vous divertis avec ce que je sais. J'invente rien, je réorganise ma souvenance et puis je fais danser les mots, je vous les amène le plus guilleret puisqu'il faut bien rire jusqu'au bout. On charrie dans sa mémoire les hommes, les endroits, les instants... ça vous fait une drôle de fresque... tous ces cadavres qui défilent, ces vivants stropias, grelotteux, ces tronches d'assassins, de marlous, de pédés, d'idiots, de viceloques.» Alphonse Boudard.

LES COMBATTANTS DU PETIT BONHEUR

pmcdn.priceminister.com/photo/439265282.jpg


Rois de la débrouille, ces combattants du petit bonheur, Phonphonse, Musique, Neunoeil, Milo, nouveaux Pieds-Nickelés, traversent les noires années de guerre armés de cet esprit de drôlerie qui en fera des héros malgré eux. Voici le vol de la bicyclette d'un feldgendarme, larcin bien encombrant. Voici de méchantes explications nocturnes dans la rue, avec des copains passés de l'autre côté. Voici aussi le coup de projecteur inattendu sur l'enfance abandonnée du petit garçon, confié pendant trois ans à des fermiers du Loiret ; plus tard la silhouette merveilleuse de la grand-mère à qui il voue une fière gratitude. Voici les roueries du marché noir, les grandes vacances au maquis et la libération de Paris vécue rue Saint-André-des-Arts et place Saint-Michel, et racontées en évitant d'enfler le ton.

LE CORBILLARD DE JULES

pmcdn.priceminister.com/photo/1062462093.jpg


Il s'agit juste d'une petite histoire, la suite aux Combattants du petit bonheur qui fut couronné Renaudot en 1977. On y retrouve bien sûr le héros, le conteur inlassable qui nous rapporte l'aventure du pauvre Jules Ribourdoir, mort au champ d'honneur sur le front de Lorraine en septembre 1944 et que son papa, patron boucher de son état, ramène dans sa vieille camionnette à gazogène afin de lui donner une sépulture décente dans le caveau familial à Gentilly. L'itinéraire est tortueux, semé d'embûches dans cette France fraîchement libérée où le général de Gaulle lui-même avait bien du mal à reconnaître les siens. Le pitoyable corbillard de Jules se fraie un difficile passage entre l'armée américaine, les divers groupes de francs-tireurs, les faux héros, les vrais tordus, la suspicion et les enthousiasmes éphémères. N'allez pas croire que vous allez vous morfondre pendant ce voyage... Pedro l'anarchiste, Jean-Paul le blondinet et Phonphonse, les soldats d'escorte, gardent l'humeur joyeuse. Il y a le vin, la boustiffe, les filles de rencontre, les bonnes plaisanteries caserneuses. On a vingt ans... beau convoyer un copain mort, la vie vous prend à bras-le-corps.
Bien sûr, de temps en temps, le souvenir d'une rafale de mitraillette vous remonte à la mémoire... Une rafale partie pourquoi... Savoir ?... Pour assouvir une vengeance inutile, se passer le goût du meurtre... ou simplement parce que c'est la guerre et qu'il faut bien tuer quelques innocents. Le corbillard parviendra tout de même à bon cimetière. Pour la plus grande gloire de son père, on enterrera Jules sous les fleurs de rhétorique du camarade Jacques Duclos déplacé tout spécialement pour honorer comme il se doit un petit soldat mort pour la France réconciliée avec sa classe ouvrière.

LE BANQUET DES LEOPARDS

pmcdn.priceminister.com/photo/1254039708.jpg


Auguste le faussaire, que l'auteur connut en prison, purgeait sa peine pour avoir fourgué des Utrillo, des Matisse, des petits Renoir ou des Max Ernst qui sentaient manifestement la peinture fraîche. Quinze ans plus tard, Auguste règne sur sa boutique, La lanterne magique, le verre à la main, entouré d'une multitude d'artistes louches et de personnages pittoresques, évoluant parmi un fatras d'objets innombrables. Bientôt se mêlera à la faune de la Lanterne Vulcanos-le-mage, une autre vieille connaissance de l'auteur, un personnage doué pour les animations peu culturelles. Le génie de Vulcanos recevra sa consécration le jour du banquet des Léopards.

LE CAFÉ DU PAUVRE

pmcdn.priceminister.com/photo/18008130.jpg


Autrefois, lorsque le café était une denrée précieuse et réservée aux riches, à la fin du repas on se payait le café du pauvre, c'est-à-dire l'amour, la joyeuse partie de jambes en l'air...
Nous sommes juste après la guerre en 1946 et le café, devenu rare, se vend encore à prix d'or sous le manteau. Revenant des armées du général de Gaulle où il a récolté une blessure et une médaille, le héros de cette histoire, sans un rond en poche, n'a guère de quoi s'offrir autre chose que le café du pauvre quand l'occasion s'en présente.
Il exerce divers petits métiers extravagants et peu rémunérés. N'empêche, les jupons volent au coin des rues, la jeunesse aidant, c'est tout de même la belle époque.
Alphonse rencontre Odette la catholique, qui veut sauver son âme ; Lulu, la femme du charcutier, qui lui offre ses charmes imposants et les trésors alimentaires de son arrière-boutique ; Jacqueline, la militante trotskiste avec laquelle il défilera de la Bastille à la Nation pour changer le monde ; Flora, la comédienne initiatrice des beautés de l'art dramatique; Cricri, la belle p.ute dont il pourrait faire son gagne-pain si la peur du gendarme n'était pas aussi dissuasive en ces temps reculés où les prêtres avaient des soutanes, les magistrats une guillotine au fond de l'œil et les dames des porte-jarretelles pour le plaisir de l'honnête et du malhonnête homme.
Un livre où le rire ne perd jamais son droit prioritaire dans le Paris pourtant maussade de Monsieur Félix Gouin, président provisoire de la République renaissante. Avec, bien sûr, les bons copains et les mauvaises rencontres qui peuvent vous conduire en galère.
L'apprentissage de la vie, de l'amour après la guerre... Une fresque de frasques et de fesses, de tétons, de dessous vaporeux... De baguenaudages à la petite semaine au coin de la rue là-bas. Comme dans une chanson de celle qu'on appelait encore la Môme Piaf.

L’EDUCATION D’ALPHONSE

pmcdn.priceminister.com/photo/863586508.jpg


L'éducation d'Alphonse se fait de 1946 à 1947 entre une librairie d'ouvrages anciens, le Carillon des Siècles, et la prison de Fresnes : bien difficile de rester honnête lorsqu'on est jeune, qu'on a un très maigre bagage culturel et un sacré appétit sexuel en ces années d'après-guerre où le moindre paquet de cigarettes se paie son pesant d'or. Au Carillon débarque, un jour, le Professeur, curieux pédagogue porté sur la dive bouteille et les spéculations les plus hasardeuses de l'esprit. Alphonse, ébloui, va lui filer le train en ses pérégrinations bistrotières, dans les rues d'un Paris qui s'éveille après la nuit de l'Occupation.
On va y rencontrer, bien sûr, toutes sortes de rêveurs, de poètes, de mythomanes, de loquedus, d'escrocs, et même Louis Aragon.Un roman dans la suite du {Café du pauvre} et du {Banquet des Léopards}. Drôle, toujours émouvant, croustillant... écrit au fil des métaphores les plus inattendues.

SAINT-FREDO

pmcdn.priceminister.com/photo/3622830.jpg


Des années qu'Alphonse et Frédo ne se sont pas serré la pince. De l'eau a coulé sous les ponts, depuis ces temps où ils goûtaient ensemble l'ordinaire des reclus. De la taule au bagne, en passant par Pigalle, il a souvent trébuché, Frédo, sur les écueils de la rue.
Alphonse, lui, il s'en est plutôt bien sorti des ornières de la route. Son argot est devenu un style et ses bouquins se vendent comme des petits pains. Sans doute pour ça que Frédo s'est décidé à lui envoyer une bafouille.
De retrouvailles en boustifailles, de promenades en galéjades, nos deux compères ne se quitteront plus. Frédo s'est trouvé une nouvelle voie : la rédemption ! Et il est bien décidé à en escalader tous les échelons. Alors Alphonse reprend la plume et, de sa plus belle jactance, nous conte cette mirifique ascension.

MOURIR D’ENFANCE

pmcdn.priceminister.com/photo/1043260455.jpg


A l'heure du bilan, c'est l'enfance, toujours, qui donne la clef d'une existence. Où chercher le secret de ce mauvais garçon devenu un écrivain comblé ? Chez les paysans qui l'élèvent dans une ferme du Loiret ? Dans la rue, sa "forêt vierge", à l'âge des grandes espérances et des petits trafics, des 400 coups et de la Résistance ? Dans un mitard de Fresnes où il touche le fond, avant de retrouver l'héritier de Villon, Carco et Simonin qui dormait en lui ?
Le secret d'Alphonse Boudard est ailleurs et ne mourra qu'avec lui. Il se dévoile peu à peu dans ces pages magnifiques d'émotion, de verve et d'alacrité. C'est l'image presque effacée d'une torpédo qui s'arrête, d'une jolie dame coiffée à la garçonne et parfumée qui en descend, le souvenir d'une mère qu'il n'aura jamais vraiment connue et qui le poursuit encore.

MADAME DE… SAINT-SULPICE

pmcdn.priceminister.com/photo/642110.jpg


A l'ombre des hautes tours de l'église Saint-Sulpice règne Madame. Tailleur strict, chemisier blanc, broche ornée de petits brillants... on la dirait presque sortie de la messe de onze heures. Comme une mère supérieure, elle veille sur ses ouailles... Une éducation au couvent des Oiseaux, ça aide pour tenir une des "maisons" les plus curieuses de Paris. Surtout quand Monseigneur vient spécialement y entendre une confession d'un genre particulier, ou y recevoir un juste châtiment. Madame Blandine mène "l'Abbaye", comme on appelle son établissement dans le milieu, avec la poigne de fer d'une "abbesse" hors pair.
Et elle a écrit, Madame Blandine, après la fermeture des maisons en 1946, quand elle a pris sa retraite sur la Côte. Elle a tout raconté, à sa manière chaste de pensionnaire modèle. des cahiers entiers de souvenirs qu'elle a laissés à un commissaire de la Mondaine... son premier amour avec un jeune abbé qui mourra pendant la Grande guerre en lui laissant un fils destiné à une brillante carrière... au Vatican ; le caïd qui l'aime un peu et l'initie au métier; la tenancière de la maison de rendez-vous qui en fait sa préférée et son héritière ; sa vocation de grande taulière ; son amour avec un officier allemand, ce qui n'est pas facile en pleine guerre, surtout quand on devient résistante !
Bref, un destin de femme exceptionnel, bien que marginal, à une époque où il semblait impossible, savoureusement transposé par l'incomparable conteur qu'est Alphonse Boudard.

L’ETRANGE MONSIEUR JOSEPH

images.fr.shopping.rakuten.com/photo/1274514411.jpg


Chiffonnier milliardaire, juif et collaborateur de la Gestapo, Joseph Joanovici reste une figure énigmatique de l'histoire récente.
A-t-il profité de son extraordinaire sens des affaires pour rouler l'occupant allemand et mieux soutenir secrètement la Résistance, tout en réalisant de juteuses affaires ?
Est-il simplement un escroc de haut vol sans état d'âme ?
Est-ce par goût du risque qu'il n'a pas émigré en Amérique ?
On a tout dit sur Monsieur Joseph, né en Bessarabie au temps des pogroms, débarqué en France en 1925 et qui devient rapidement un magnat de la ferraille aux relations interlopes.
Son procès en 1949, pour des raisons économiques plus que politiques a laissé beaucoup de points dans l'ombre.
C'est ce qui a fasciné Alphonse Boudard, qui rejoignit la Résistance en 1943, avant d'être incarcéré pour des raisons de droit commun.
Outre le fait que c'est en prison qu'il croisa pour la première fois Monsieur Joseph, Boudard est intrigué par la complexité du personnage mais aussi par sa gouaille.

MANOUCHE SE MET A TABLE

pmcdn.priceminister.com/photo/1037558022.jpg


Grâce à Roger Peyrefitte, la France fascinée avait découvert en Manouche un personnage de légende. Manouche revient, trois ans après...
Alphonse Boudard a décidé de s'effacer devant Manouche, de laisser la parole à cette femme hors du commun. Manouche se met à table est un livre éblouissant d'anecdotes, de mots d'esprit, de souvenirs, de considérations à l'emporte-pièce. C'est que le cerveau de Manouche est une salle de cinéma où passe en permanence le film fabuleux de sa vie... Le gangster Carbone. Mistinguett, François-le-Notaire, son père, son fils. en sont les principaux acteurs... Paris, New York. Tanger, la Corse, les terrains d'élection des mille et une nuits de cette sociologue d'un genre inédit...
Manouche se met à table se devait d'être un livre fort en condiments, aussi pimenté que la voix, la truculence et le langage réels de son héroïne. Le nouveau mariage de Manouche avec Alphonse Boudard, l'auteur de l'Hôpital, de Cinoche, est le meilleur qu'elle ait pu faire. Épousailles de verve et d'argot ! Car, n'est-ce pas... quand une princesse et un prince des bas-fonds se rencontrent qu'est-ce qu'ils se racontent ?
C'est justement ce que révèle Manouche se met à table, tout à la fois bible de la Série Noire, bottin mondain du Tout-Paris, guide touristique de la Corse, bréviaire des homosexuels, who's who des travestis...
Avec des passages émouvants sur l'enfance de Manouche, ou des séquences époustouflantes: les incursions de Manouche dans les bordels parisiens, avant guerre ! Manouche est une femme qui a vécu, qui sait et qui rit. D'elle-même et des autres, c'est là sa force. Boudard s'est attaché à laisser à celle qui se définit comme la « reine du gang et du gag » tout son humour, toute son ironie. C'est l'arme maîtresse de ce livre.

LES ENFANTS DE CHOEUR

pmcdn.priceminister.com/photo/865110397.jpg


Les personnages de tous ces récits... mes enfants de chœur de derrière les hauts murs... Gladys la clocharde, Mandarine le truand, le Phallocrate, Globuleux et Bon Papa les flics de choc, Mariette la tendre petite p.ute de -Luna Park, le prisonnier de la nuit aux avant-postes de la guerre en Lorraine... m'arrivent comme ils peuvent, comme ils veulent au fil de ma mémoire ou de mon imagination. Ils font leur petit tour et puis ils s'en vont aux enfers ou au royaume des cieux. Puissent-ils vous divertir un peu, vous amuser, vous émouvoir, vous séduire ou peut-être vous charmer... tous les espoirs vous sont permis.
Alphonse Boudard

OUTRAGES AUX MOEURS ET AUTRES NOUVELLES

pmcdn.priceminister.com/photo/1274551347.jpg


Outrage aux mœurs ou étude de mœurs ? Alphonse a pondu un petit chef-d’œuvre qui le conduit tout droit au tribunal ! Le roman d'une femme emportée par sa sexualité. L'érotisme de bon aloi à la portée des masses laborieuses ! N'empêche ! La justice passée, Alphonse s'en prend pour deux mois de cabane... Pourtant, l'outrage n'est-il pas plutôt dans le regard caressant du greffier qui le dévisage langoureusement ? Et dans celui de ces deux flics, Globuleux et Bon Papa, qui fignolent dans la vacherie et lui demandent de balancer un complice en échange d'une visite à l'hosto où sa mère se meurt... Et que dire de ces minables qui s'en payent une bonne tranche sur le dos de Princesse Gladys et de Saïgon... Clodos ou poètes, taulards ou pouilleux, que cherchent-ils tous ? La tendresse, bordel !










Bonne lecture Smile






Télécharger GRATUITEMENT TOUS LES FORMATS

Ebooks d'Alphonse Boudard Ebooks d'Alphonse Boudard Ebooks d'Alphonse Boudard


Partager Ebooks d'Alphonse Boudard sur :
Partager Partager Partager Partager Partager Partager Partager Partager Partager Partager Partager

Sujets recommandées sur ce thème :
Ebooks de John D. Macdonald
Ebooks de Roger Faller - Espionnage
Ebooks de Jéromine Pasteur
Ebooks de François Weyergans
Ebooks de Françoise Lefèvre


Liens Sponsorisés
 
Aller vers le forum :

Activité récente
Activité récente
Nouveaux Uploads
Nouvraux
Centralisations Séries
Centralisations series
Autres Sujets
autres sujets
En Cours de Scan
Nouveaux Uploads
Recherches Titres
recherches Titres
Ajouter des Ebooks
Ajouter un Ebooks
Demandes d'Ebooks
Prochainement
Sujets Actifs par Réponses
Sujets Actifs
Top Visites
Sujets Actifs
Bonnes Affaires
Gratuits
Sponsors EBG

Encore de la Pub


Ads


Page réalisée en 0.04 secondes 337,355,771 visites uniques
Liens Amis